COMPTE RENDU COMMISSION BLANCHET DU 13 JUIN 2017


Strasbourg le 14 juin 2017

Cher(e) collègue,

La Commission Blanchet a été réunie le mardi 13 juin de 15h30 à 18h30. Tu trouveras dans le compte-rendu ci-dessous les points sur lesquels Indépendance et Direction est intervenu et les réponses aux questions que nous avons posées.
Nous étions représentés par Agnès Andersen, principale du collège Jacques Twinger à Strasbourg, Jérémie Perret, principal du collège François Villon à Mulhouse et Michael Grandgeorge, proviseur du lycée Camille Sée à Colmar.

Déclaration liminaire :
Madame la Rectrice nous voici aux termes d’une année particulièrement difficile.
C’est un corps des personnels de direction exténués qui aborde la dernière phase d’une année scolaire particulièrement tendue et donc épuisante, alors que nous sommes en pleine période, d’orientation des élèves, d’organisation des examens et de finalisation de la préparation de la rentrée 2017.
D’ailleurs les premiers résultats de l’enquête menée par le chercheur Georges Fotinos, dévoilés le 25 avril dernier, confortent ce constat. L’enquête sur le moral des personnels de direction des collèges et lycées (Perdir) menée sur 3 000 répondants indique que :
La qualité du moral est en baisse et en forte dégradation 6 Perdir sur 10 déclarent un moral « moyen-mauvais » (5 sur 10 en 2007) et 54 % des Perdir indiquent que leur moral s’est dégradé (45 % en 2007).
L’épuisement professionnel est important, 46 % des Perdir se plaignent de lassitude physique, 19 % de lassitude cognitive et 11 % d’épuisement émotionnel. 1 Perdir sur 4 est en épuisement professionnel, dont 14,5 % en burnout clinique.
Indépendance et Direction dénonce un transfert continu de tâches vers les établissements, en particulier au travers d’applications informatiques mal adaptées, une complexification des procédures qui nous transforme en simples exécutants et nous éloigne de notre métier de pilote pédagogique. Le déploiement à marche forcée de la réforme du collège, et son impréparation technique ont eu un impact extrêmement lourd dans les collèges.
Mme la Rectrice, vous connaissez notre attachement à honorer la totalité des missions que nous confie l’institution. Les personnels de direction ont à coeur de faire réussir l’Ecole de la République, d’accompagner et de porter les réformes.
A l’heure où le mot de confiance est à l’ordre du jour du nouveau ministère, les personnels de direction attendent d’être enfin entendus, car seule la prise en compte réelle des difficultés identifiées par les cadres de terrain, que nous sommes, est à même de créer cette confiance.

1. Projet d’académie

Mme La Rectrice estime que le projet d’académie est en phase avec les nouvelles orientations ministérielles. Des modifications pourraient être faites à la marge. Mme la Rectrice rappelle que le projet doit pouvoir évoluer en fonction des besoins.
ID-FO souhaiterait connaître le calendrier prévisionnel envisagé.
Réponse de Madame Strasser, DAFOR : il faut être raisonnable sur le calendrier, l’échéance serait avril/mai prochain. Madame Strasser précise également que le cadre peut ne pas être le même pour tenir compte des spécificités locales.

ID-FO demande à ce qu’il soit tenu compte de cette priorité pour l’an prochain dans les demandes institutionnelles et qu’il faudra donc que les équipes de direction soient moins sollicitées et ne soient pas accaparées pour faire fonctionner des applications informatiques en expérimentation permanente.

2. Orientation

ID-FO remercie Madame  la Rectrice pour la mise en place d’un groupe de travail sur l’orientation. La tenue du groupe de travail a permis d’acter l’abandon de l’utilisation de l’application « Orientation », application chronophage et n’apportant aucune plus-value aux établissements, pour les remontées des intentions d’orientation.
Néanmoins, ID-FO regrette que la simplification annoncée des procédures d’orientation et d’affectation n’ait eu lieu qu’à la marge, en particulier pour les procédures d’anticipation dans les formations professionnelles. Ces procédures particulières restent nombreuses et différentes d’un établissement à l’autre, rendant le travail dans les collèges particulièrement complexe. Par ailleurs, la date avancée pour les demandes d’anticipation (25 mars), conditionnant l’octroi d’un bonus pour certaines formations professionnelles, pénalise les élèves finalisant leur projet d’orientation au troisième trimestre. Pour ID-FO, le projet d’orientation de ces élèves, qui sont souvent ceux dont les familles sont les plus éloignées du système éducatif, ne mérite pas d’être moins valorisé. Sans remettre en cause les procédures d’anticipation participant d’une meilleure information des élèves sur les formations en lycée, ID-FO demande la suppression des bonus liés à ces procédures.
Enfin, ID-FO s’inquiète des nouvelles modalités de fonctionnement d’Affelnet : les nouveaux critères de classement sont-ils suffisamment discriminants pour affecter les élèves ? Faudra t’il tirer des élèves au sort, combien y aura t’il ex-æquo pour chacun des scores ?
Réponse du CSAIO : Nous savions que l’année serait difficile, c’est pourquoi nous avons travaillé en amont. Sur les critères d’affectation nous allons devoir faire un bilan.
Concernant les bonus, la situation est différente selon les districts. Mulhouse et Strasbourg sont à part. Il y a une difficulté pour les lycées professionnels de recevoir tous les élèves qui souhaitent une immersion. Si tous les élèves souhaitant une immersion n’ont pas pu être reçus, il n’y aura pas de bonus. Il sera demandé aux lycées d’indiquer pour la commission prepam s’ils ont pu recevoir ou non tous les élèves.
Concernant le classement dans l’application Affelnet, les premières simulations du ministère laissent apparaître que les ex-aequo apparaissent principalement en fin de classement, et ne devraient donc pas avoir d’influence sur le classement des candidats admis.

3. Mouvement des chefs d’établissement adjoints

DPAE : 2 postes sont bloqués à Duttlenheim (CPE) et au lycée Montaigne (délégation rectorale). 19 postes sont vacants et susceptibles d’être occupés par un lauréat de concours.

4. Collège: annonces du ministère et préparation de la rentrée

ID-FO : Tout comme en mai 2015, nous avions alerté sur les modalités déraisonnables de la mise en place de la réforme du collège et son impact fort sur les personnels de direction, nous alertons, cette fois, en juin 2017 sur les effets prévisibles d’une précipitation qu’on voudrait nous imposer. Les équipes de direction travaillent depuis la rentrée 2015 à la mise en place de la réforme. Dans certains établissements, des consensus parfois fragiles ont pu être trouvés sur la mise en place de l’AP, des EPI, et sur l’utilisation des moyens supplémentaires. La remise à plat de ces dispositifs, à quelques semaines de la rentrée, met à mal le travail de pilotage et de préparation de rentrée des équipes de direction qui se sont fortement investies, et les fragilise. ID-FO n’a pas d’opposition de principe à davantage d’autonomie des établissements scolaire (nous attendons juste de savoir ce que le ministère met derrière le mot d’autonomie). Nous regrettons ces annonces tardives et aurions préféré qu’une évaluation de la réforme, sous forme de point d’étape, soit faite avant d’envisager des adaptations.
Réponse de Mme la Rectrice : Elle met en garde contre la présentation du projet de décret qui a pu être fait dans les médias. Il n’y a pas de remise en cause de la réforme, le principe des EPI est préservé, seules les modalités sont assouplies. Elle fait confiance à l’autonomie pédagogique des établissements. Un nouveau projet de décret est en préparation suite au CSE.
ID-FO demande à ce que les collèges puissent bénéficier d’une journée banalisée, par exemple lors de la dernière semaine pour procéder à des bilans sur les EPI et l’AP.
Réponse de Mme la Rectrice : Elle prend note de notre demande, mais ne peut s’engager sur une réponse. Elle va en faire part au ministère. Elle va demander par ailleurs une réunion du comité de suivi académique de la réforme.
ID-FO se félicite de cette annonce qui correspond à ce que nous demandions depuis septembre 2016.
ID-FO souhaite savoir quel impact auront les annonces ministérielles sur la préparation de rentrée. Des moyens supplémentaires seront-ils attribués à l’académie ou bien y aurait-il redéploiement ?
Réponse du SGA : Pas de moyens supplémentaires prévus. L’académie va faire une étude de la situation.
ID-FO Nous demandons si le projet « devoirs faits » aura pour conséquence de redistribuer les moyens d’accompagnement éducatif de l’éducation prioritaire sur l’ensemble des établissements.
Réponse de Mme la Rectrice : La prise en compte de l’éducation prioritaire n’est pas remise en cause. L’académie va faire une étude de situation.

5. Calendrier scolaire 2018

ID-FO s’inquiète des déclarations du nouveau ministre évoquant une possibilité d’aller vers une année scolaire de 40 semaines. Le calendrier scolaire détermine le temps de travail des personnels de direction et si cela était le cas, cela aggraverait nos conditions de travail.
Réponse de Mme la Rectrice : ce point n’est pas à l’ordre du jour

6. PPCR

ID-FO souhaite savoir quelles sont les modalités retenues par l’académie de Strasbourg pour informer les personnels enseignants du PPCR. Si une première information présentée en GAD est intéressante, les personnels de direction n’ont pas à porter seuls, sans cadrage académique, cette réforme auprès des personnels.
Réponse du SGA : Les circulaires sont en préparation et vont parvenir prochainement aux établissements. Une formation conjointe personnels de direction et d’inspection sera proposée à la rentrée.

7. LSU et nouveau DNB

ID-FO dénonce les conséquences de la mise en place du LSU, tant à cause de ses contraintes et lacunes techniques, que pour ses limitations pédagogiques.
Cet outil alourdi considérablement notre charge de travail, transforme les personnels de directions en techniciens et nous éloigne de notre mission principale de pilote pédagogique.
De plus ID-FO s’interroge sur la plus-value apportée par cet outil, qui ne se révèle être au final qu’un simple outil d’édition de bulletins particulièrement complexes et difficile à déchiffrer pour les familles. Les limitations techniques de l’outil prennent le dessus sur les aspects pédagogiques de l’évaluation. Ainsi, de nombreuses équipes innovantes qui s’étaient engagées dans d’autres types d’évaluation que les évaluations notées ont dû s’adapter pour parfois revenir aux notes afin de satisfaire aux exigences techniques du LSU.
ID-FO ne voit dans LSU aucune plus-value, ni pour les élèves, ni pour les familles.
A titre d’illustration, nous transmettrons au SGA un exemplaire de bulletin LSU anonyme.
L’ensemble des représentants des services concernés sont invités à s’exprimer (DEC, DSI, DPAE, DANE), de même que les représentants des personnels de direction. Le SGA souhaite une prise conscience des contraintes réciproques équipes de direction / services. Il précise qu’il est à l’écoute des représentants des personnels de direction et a fait largement remonter les difficultés signalées. Il s’engage à en faire part, encore une fois, lors de la réunion de l’ensemble des SGA prévue dans les jours qui viennent au ministère. Il prend note de nos remarques et propositions.
ID-FO remercie Monsieur le Secrétaire Général de donner cet espace de parole. ID-FO ne remet pas en cause les services académiques car nous sommes tous dans la même « galère ». Nous dénonçons une organisation du travail et une gouvernance du numérique qui produit de la souffrance au travail (voir déclaration liminaire). Nous demandons qu’un bilan soit fait sur ces questions au niveau national et estimons que ces questions pourraient justifier que les personnels de direction saisissent les CHSCT.
ID-FO rappelle le mouvement lancé en octobre dernier « les vendredis de la colère » pour protester contre nos conditions de travail et salariales. Des actes sont attendus de la part du nouveau ministère.

8. Communication DEC/ établissement

M. Dufour, DEC, précise d’une part les contraintes liées au développement « agile » des logiciels qui conduit la DEC et la DSI à n’avoir les modules et leurs modes d’emplois que très tardivement par rapport aux échéances. Ces documents sont transmis, dans les quelques jours supplémentaires nécessaires à leur étude voire adaptation, aux établissements. M. Dufour précise également que l’envoi de messages de rappels se fait à la demande des chefs d’établissements présents lors des réunions organisées par la DEC.

9. Formation à la gestion de crise

Des personnels de direction se sentent souvent très démunis et seuls pour gérer des situations délicates et complexes suite à des drames (décès d’élève ou de personnel).
ID-FO souhaiterait que des formations à la gestion, communication, de crise puisse être plus largement proposées au niveau académique. Nous proposons de constituer un groupe de travail chargé d’élaborer un vade-mecum ou un protocole pour aider les personnels de direction à mieux faire face aux situations de crise.
Réponse de Mme Pitiot, P.V.S. : une cinquantaine de personnels de direction a été formée à la gestion de crise dans l’académie, dont une quinzaine à l’école d’officiers de gendarmeries de Melun. Certains se sont manifestés pour participer à la formation de formateurs. Par ailleurs, un document élaboré par les IPR-EVS rappelant les conduites à tenir dans différentes situation existe déjà et a été déposé sur Stracad’hoc (climat scolaire). Un groupe de travail sera prochainement réuni afin de travailler à la diffusion d’un document supplémentaire aux équipes de direction.
Réponse de M. Dickelé, DAASEN du Bas-Rhin : les DA(A)SEN, qui centralisent systématiquement les informations concernant ces moments difficiles, sont de fait habitués à gérer ces situations, pouvant même se déplacer en établissement dans certaines situations. Les personnels de directions ne doivent pas hésiter à s’appuyer sur eux lorsqu’une situation de crise survient.

10. Conventions tripartites

Madame la Rectrice précise que les travaux n’ont pas dépassé les échanges d’interventions entre les Rectorats et les collectivités et rappelle qu’avant toute chose la signature d’une convention cadre doit avoir lieu.