COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE ACADEMIQUE 5 AVRIL 2017


logoIDCADRES   ASSEMBLEE GENERALE ACADEMIQUE DU MERCREDI 5 AVRIL 2017

 AU LYCEE KLEBER DE STRASBOURG

Le tour de table effectué fait émerger les problématiques suivantes :

-          LSU : les nombreuses fragilités techniques rendent complexes et chronophages les opérations pour remplir ce livret ; cela s’ajoute aux trop nombreuses enquêtes et détourne les personnels de direction de leurs missions premières au rang desquelles la pédagogie ; inquiétudes relayées au sujet du module affectation qui n’est à cette date pas prêt.

-          Oral de soutenance de projet (absence de cadrage de l’épreuve).

-          Impact de la publication dans la presse des résultats au bac et le caractère relatif de la notion de plus-value pour les établissements privés (sélection des dossiers des élèves à l’entrée dans les établissements privés,  « règles » concernant le redoublement adaptées et stratégies de réorientation pour les élèves fragiles, profilage des postes de professeurs).

-          Modalités d’octroi de moyens supplémentaires dans les lycées (désormais répartis en 4 groupes).

-          Ecart entre le H/E des lycées publics et privés (en défaveur du public).

-          Espaces fumeurs et consignes de vigilance attentat.

-           DHG et effectifs dont l’estimation est parfois incohérente avec le constat du terrain (Molsheim pas d’anticipation des services concernant l’ouverture probable d’une classe de 2nde supplémentaire sur un des deux lycées du secteur et impact sur les conditions de  la préparation de rentrée dans le cas d’une information fin juin) ; situations décrites dans différents lycées comme étant tendues en termes de moyens (pas de marge horaire) pour la rentrée 2017.

-          Internat départemental : quel recrutement mettre en œuvre dans le contexte actuel où les effectifs des classes atteignent les 30 élèves ?

-          Climat scolaire avec des situations graves décrites dans certains établissements dont REP.

-          Absence de concertation avec les chefs d’établissement sur l’élaboration de la carte d’implantation des 11 ULIS & ULIS PRO.

-          Formation aux 1ers gestes qui sauvent : incapacité à mettre en œuvre la lettre ou à défaut l’esprit de la circulaire qui impose désormais cette formation à l’ensemble des collégiens.

-          Création de 9 postes de CPE : il en aurait fallu 11 pour l’académie de Strasbourg. L’enveloppe budgétaire ne l’a pas permis. La situation sera réexaminée  pour l’année scolaire 2018-2019.

-          Remplacement des personnels administratifs totalement défaillant : rien n’est prévu et les services ne revoient pas leurs exigences à la baisse (le rapport du gestionnaire est exigé même en l’absence non remplacée d’un gestionnaire pour longue maladie, par exemple).

-          Problématique de la fusion sur Bischwiller entraînant 14 demandes de mutations pour 30 enseignants titulaires.

  • Approbation du compte financier d’INDÉPENDANCE ET DIRECTION

Bilan financier pour l’année civile 2016 : la situation financière est saine.

  • Intervention du secrétaire général du syndicat

 Philippe DONATIEN adresse ses remerciements aux membres du bureau académique et aux commissaires paritaires académiques pour leur investissement.

Il souligne que le travail fourni par les commissaires paritaires nationaux est considérable (la préparation du mouvement et des CAPN des 29 et 30 mars correspond à trois semaines de travail. L’analyse globale, sur les 4-5 dernières années, fait apparaître un mouvement relativement contraint avec un allongement de la durée du parcours menant aux responsabilités de chef d’établissement. De plus, les stratégies visant à encourager l’accès des adjoints à des postes de chefs  ont comme corollaire une moindre mobilité pour les chefs en place. Il n’y a pas de « bonne réponse » dans la mesure où la pyramide des âges atomise le mouvement.

Retour sur le PPCR, la grille calée sur celle des enseignants ne valorise pas le travail  des personnels de direction et ne correspond pas aux attentes d’ID. Depuis le mois d’octobre, dans le cadre du mouvement des « vendredis de la colère », ID s’est adressé aux députés et aux sénateurs pour les alerter sur la réalité du métier de personnel de direction en 2016-2017. La rentrée de septembre 2017 semble être le moment opportun pour relancer cette action.

La multiplication des applications diverses et variées génèrent une charge de travail pour les personnels de direction et les enseignants dans un contexte de réforme mise en place à marche forcée. Il est constaté une grande fatigue des équipes et des personnels enseignants en « Burn Out ».  Le personnel de direction se retrouve dans des postures variées du DRH (qui est censé expliquer le PPCR aux enseignants) au technicien informatique (qui remonte quotidiennement aux services académiques les dysfonctionnements des applications déployées en mode agile) en passant par le rôle de formateur par substitution (mise en œuvre de l’AP, EPI, tutorat,  … )

Philippe DONATIEN souligne que dans le cas de la mise en œuvre de GOSPEL et de GFC aucun plan de formation n’a été prévu pour accompagner les personnels …

La position d’Indépendance et Direction sur la question de la sûreté et de la Sécurité  dans les établissements a été très claire et le syndicat a mis en avant les nombreuses incohérences des directives et les injonctions paradoxales. ID réclame que soit mise en place une commission de sécurité-attentat avec la présence d’experts dans ces domaines et de partenaires à l’image des commissions de sécurité incendie. Le problème de la sonorisation des  bâtiments doit être résolu. En mars 2016, deux rapports ont été élaborés sur ce sujet, l’un par l’Observatoire National de Sécurité et l’autre par l’Inspection Générale. Dans ce dernier rapport, le coût de la sécurisation est estimé à un milliard d’euros (le budget prévu serait de 50 millions d’euros).

Un collègue intervient pour souligner que les mesures ou préconisations de sécurité élaborées par le Ministère ne doivent pas être publiées sur un site public.

Enfin, Philippe précise la situation des lycées professionnels, dans de nombreux programmes de candidats à la présidentielle, la Région reprendrait la voie professionnelle. Cette démarche correspond à un retour en arrière de 60 ans. Une telle perspective est aux antipodes de l’attachement d’ID à la dimension NATIONALE de l’éducation. De même, la vigilance s’impose sur la mise en place des manuels numériques qui ne doit pas amplifier les inégalités sociales

Valérie BROUSSOLLE, élue au CTA,  évoque la commission Blanchet inter-académique qui s’est tenue à Pont-à-Mousson le 17 mars en présence des trois rectrices. Cette rencontre s’est inscrite dans la suite de la commission Blanchet du 9 mars et du bureau inter-académique d’ID du 8 février à Strasbourg où Philippe DONATIEN était présent aux côtés des représentants d’ID des trois académies (Nancy-Metz, Reims et Strasbourg).

  • Premier bilan des mutations sur les postes de chef d’établissement

Christian UNTEREINER, commissaire paritaire académique,  fait un point sur les CAPN du 29 et 30 mai. 169 demandes ont été formulées dans l’académie de Strasbourg  (53% de femmes et 47% d’hommes).

25,5% de satisfaction (27% en France à ce jour).

Christian UNTEREINER commente le tableau ci-dessous :

  Nombre total de mutations % de femmes % d’hommes Part des adjoints sur poste de chef
Mouvement 2014 44 38,6% 61,4% 16 (36%)
Mouvement 2015 23 34,7% 65,3% 9 (39%)
Mouvement 2016 21 33,3% 66,7% 11 (52%)
Mouvement 2017 43 55,8% 44,2% 15 (33%)


La réunion se clôt à 12h30 par un moment de convivialité.