REFORME DES RETRAITES : LE GOUVERNEMENT FRANCHIT LA LIGNE ROUGE


            Après une courte pause estivale, le premier Ministre recevait les partenaires sociaux les 26 et 27 août 2013 pour leur présenter les pistes de la réforme des retraites. Les entretiens à peine terminés, il annonçait ses arbitrages lors d’une conférence de presse le 27 août au soir.

            Il a confirmé l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans à partir de 2020. Pour FO, la ligne rouge est franchie ! Allonger la durée de cotisations ne rapporte rien dans l’immédiat. Nous l’avons déjà dénoncé, l’allongement de la durée d’activité individualise le système de retraite et éloigne un peu plus tous les jours de la solidarité : c’est loin d’être anodin.

            À l’âge de 30 ans la génération née en 1974 a validé 3 ans de cotisations en moins que celle née en 1950. Alors qu’elle trouve un travail plus tard, on lui demande de travailler encore plus longtemps: c’est la double peine! À ce rythme là, il faudra bientôt atteindre 68 ou 69 ans pour partir sans avoir une retraite amputée. Bien entendu, quels que soient les gouvernements et les experts, on explique que l’espérance de vie augmentant, il est normal que l’o travaille plus! On oublie de parler de l’espérance de vie en bonne santé qui a diminué pour les hommes depuis 2008. On oublie aussi qu’avec de tels raisonnements on n’aurait jamais créé la Sécurité sociale et les retraites. Car il y en a toujours eu un pour dire que ça coûterait trop cher et que cela plomberait la compétitivité.

FO revendique une durée d’assurance conforme à la durée moyenne d’activité

- Refus de l’indexation de la durée d’assurance sur l’espérance de vie à 60 ans et de l’allongement de la durée d’activité pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

- Diminuer de manière significative le nombre de trimestres requis pour bénéficier du taux plein : 40 ans c’était déjà trop… 41,5 ans c’est beaucoup trop ! 43 ans c’est la retraite des morts !

- Laisser partir à la retraite les chômeurs en fin de droit qui justifient du nombre de trimestres d’assurance vieillesse suffisants pour bénéficier d’une retraite à taux plein mais qui n’ont pas encore atteint l’âge légal de départ à la retraite, ou rétablir l’allocation équivalent retraite (AER)

            C’est pourquoi pour FO, la mobilisation du 10 septembre reste d’autant plus d’actualité pour défendre les droits des jeunes générations qui sont doublement victimes aujourd’hui d’un chômage très élevé et demain seront victimes de cette réforme devant travailler, pour la génération 1973, 43 ans pour avoir une retraite à taux plein à 67 ans ! Cela justifie pleinement d’être nombreux le 10 septembre pour défendre les retraites mais aussi l’emploi et le pouvoir d’achat.

 Réforme des retraites : FO maintient la pression

 Refretraites2

Le 15 octobre 2013, les députés ont adopté en première lecture le projet de loi garantissant l’avenir et la justice du système de retraites, par 270 voix contre 249. L’UMP, l’UDI et le Front de gauche ont voté contre, tandis que les écologistes, les radicaux de gauche et 17 députés socialistes se sont abstenus. Dès le début des débats, FO lançait une adresse/pétition aux parlementaires pour rappeler son opposition au projet de loi sur les retraites. Le 15 octobre, 15 000 personnes dont plus de 8 000 militants de FORCE OUVRIERE manifestaient à Paris, Place de la Concorde, pour dénoncer « la retraite au Flanby ». Le texte sera discuté au Sénat à partir du 28 octobre. Un rassemblement aura lieu devant le sénat le mercredi 30 octobre 2013 à l’initiative de l’URIF-FO et de l’URIF-CGT.

Philippe PIHET, UCR-FO

Article paru dans Idées mag n°49 – novembre 2013