FNEC FP FO


Au mois de mai 2012, le congrès d’Indépendance et Direction, réuni à Lyon, s’est prononcé pour l’affiliation de notre organisation à la Confédération Force Ouvrière.
Près de un an après, quel premier bilan tirer de ce choix ?

Rappelons le contexte :

La nouvelle loi modifiant les critères de représentativité des organisations syndicales imposait à notre syndicat d’appartenir à une grande centrale ou de disparaître. Cette loi, connue sous le nom d’ «Accords de Bercy», avait pour but clairement revendiqué de limiter le nombre de partenaires sociaux pour « améliorer le dialogue social ». C’était surtout, pour certaines grandes centrales syndicales, une façon détournée de renforcer leur poids à une époque où la syndicalisation diminue. Les accords de Bercy ont d’ailleurs été signés par la CGT, la CFDT, la FSU, l’UNSA.

Rappelons également que seule FO, parmi les organisations représentatives au regard des critères de cette nouvelle réglementation (clairement liberticide) a refusé de la signer. Dans ce nouveau contexte, il nous fallait donc trouver une organisation qui mette au premier rang de ses préoccupations, la préservation des exigences d’indépendance et de défense de nos statuts. Étant très certainement les fonctionnaires les plus exposés de notre ministère, il était impératif pour nous d’être particulièrement vigilants à cette question.

Quelle organisation choisir ?

La CGT, très engagée politiquement, ne pouvait correspondre à notre exigence d’indépendance. Rappelons d’ailleurs qu’aux dernières élections présidentielles la CGT a appelé à voter pour un des candidats.

La FSU, imposant dans ses statuts l’adhésion à une charte idéologique et, dans son fonctionnement, la prise de position collective à l’ensemble de ses syndicats ne pouvait reconnaître notre volonté d’indépendance.

L’UNSA et la CFDT, fidèles à leur choix de proximité avec le pouvoir en place, s’inscrivant dans une logique systématique de co-gestion avec les autorités, ne répondaient évidemment pas à nos préoccupations.

Seule FO, inscrivant dans ses statuts sa stricte indépendance, garantissant à chacun de ses syndicats une totale liberté dans ses prises de position et témoignant d’une réelle vigilance sur les statuts répondait à nos critères.

 

Près d’un an déjà au sein de la confédération

Après presque un an de présence au sein de FO, nous ne pouvons que dire notre plaisir d’avoir rejoint la confédérationIndépendance et Direction est redevenu pour l’administration un syndicat représentatif des personnels de direction. Notre accès à l’information et notre présence à tous les échelons de représentativité (départemental, académique et national) sont totaux. En académie, notre appartenance à FO et à la FNEC FP FO nous donne plus de poids et de crédibilité auprès des différents interlocuteurs au premier rang desquels, les recteurs. Rappelons que pour nos administrations académiques comme pour le ministère la FNEC est l’un de leurs principaux interlocuteurs sociaux.

Les relations internes nouées au sein des académies et des départements avec la FNEC FP FO et l’ensemble de ses syndicats sont d’excellente qualité. Certes, nous aurons peut-être à divers moments des positions divergentes avec certains syndicats de la confédération mais cela appartient au débat démocratique à l’intérieur d’une fédération dynamique. Attachés aux mêmes valeurs, celles qui fondent l’École de la République, nous saurons dans le respect mutuel des personnes et des idées, y trouver les éléments d’un dialogue constructif.

Vive Indépendance et Direction – Force Ouvrière