L’année de tous les dangers ? : Edito de septembre


La question de savoir si la rentrée 2016-2017 est réussie apparaît en ce mois de septembre si banale qu’on ose à peine se la poser !

Entre les problématiques du court terme et les enjeux des moyens et longs termes, le personnel de direction de l’éducation encore nationale ne sait plus où donner de la tête.

Suspendons pour une fois notre remarquable altruisme afin de concentrer nos efforts sur un réel résultat concernant le PPCR (Parcours Professionnels Carrières et Rémunération) qui doit aboutir avant décembre 2016 après avoir entamé ses premiers travaux le 8 juillet 2016.

La reconnaissance des personnels de direction comme personnels d’encadrement doit conduire à obtenir des grilles indiciaires équivalentes aux autres corps de ce même niveau et à la hauteur des responsabilités qui caractérisent  ce niveau hiérarchique.

Une rationalisation à l’identique avec deux niveaux pour tous, permettant notamment de proposer l’entrée dans le corps des personnels de direction comme une réelle promotion et digne des responsabilités qui en découlent, un nouveau plafond de fin de carrière qui permette de reconnaître l’investissement et l’engagement  des adjoints et des chefs d’établissement.

Ce n’est qu’à ce prix que notre Ministère retrouvera à nos yeux une réelle crédibilité, bien loin de la poudre aux yeux que représente une IF2R, dénoncée dès son origine par ID FO, et jamais mise en application dans l’ensemble de sa dimension ; et que dire du Compte Epargne Temps dont personne n’a jamais vu la réalisation, là encore ID FO avait dénoncé une mascarade, quand certains nous annonçaient une grande et belle victoire.

IF2R +CET chacun jugera à son propre niveau de l’efficacité de ces mesures.

ID FO s’est engagé dans les négociations sur le PPCR avec la ferme intention d’obtenir un résultat à la hauteur des légitimes attentes de tous les personnels de direction.

Mais la priorité accordée à ces négociations ne doit pas nous écarter d’autres préoccupations, elles aussi stratégiques, que sont les conditions d’exercices de notre métier.

En terme de calendrier, c’est tout d’abord le déploiement des politiques des treize nouvelles régions que nous allons devoir intégrer. Comment préserver une éducation nationale dans le cadre d’une loi de décentralisation qui a donnée presque tous les pouvoirs stratégiques aux régions. Comment ne pas en déduire que chacune déclinera cela avec ses propres sensibilités, ses propres priorités, ses propres choix, écartelant progressivement notre éducation qui de nationale se fracturera en régionale avec ses avantages et ses inconvénients .Que restera t-il à la fin ?

ID FO affirme que les Contrats d’Objectifs Tripartites ne sont pas la bonne réponse à cette nouvelle organisation. Puisque le code de l’éducation, le rend possible mais pas obligatoire, ID FO demande au Ministère, à l’ARF et l’ADF d’adopter le principe d’un accord cadre entre MEN et ARF, MEN et ADF. Réservant le contrat d’objectif aux seuls Rectorats avec chaque EPLE et une convention de partenariat entre les collectivités territoriales et chaque EPLE. C’est à ce prix que nous préserverons une unité nationale à notre éducation et respecterons donc les principes qui ont fondé l’école de la République. Encore une fois regardons du côté de l’Allemagne, qui après des années de pouvoirs transférés intégralement aux Länder a du reconstituer une éducation nationale pour retrouver une cohérence dans le processus de formation de ses enfants au sein d’un même pays, tant en terme de moyens que de contenus.

De plus cette décentralisation est accompagnée en parallèle d’un processus de déconcentration qui transfère la charge de travail du Ministère et des Rectorats vers les EPLE. La multiplication des applications informatiques impacte l’organisation du travail et pose suivant les établissements des problématiques de ressources humaines, les personnels de direction se transforment alors en personne ressource, voire en formateur au prix d’un apprentissage personnel qui s’ajoute bien souvent au déjà lourd travail quotidien.

Ce travail quotidien subit quant à lui une métamorphose qui ne permet plus aujourd’hui de concilier le projet d’établissement et les injonctions multiples et variées émanant des Rectorats ou des Inspections d’Académie. Les personnels de direction doivent faire face à de réels problèmes de gouvernance au sein de notre système éducatif. Là où l’on nous réaffirme que l’autonomie de l’EPLE est un facteur clé de réussite des élèves, les établissements scolaires sont corsetés entre des velléités territoriales et des commandes (injonctions) institutionnelles diverses et variées, hebdomadaire voire quotidienne, ne laissant plus de place aux priorités de l’établissement. Il y a urgence à construire un système de pilotage cohérent qui s’adapte à la situation actuelle et définisse ainsi les axes stratégiques et politiques d’une gouvernance  qui autorise la réussite de tous les élèves et étudiants.

L’autre rendez vous sera inéluctablement l’élection présidentielle. ID FO, à l’identique de sa fédération, reste indépendant de tout parti politique et, comme en 2012 respectera le droit à chacun d’user de son droit de citoyen comme il le souhaite.

Indépendamment de cette position officielle, ID FO souhaite que les candidats à la présidentielle n’instrumentalisent  pas l’enseignement public. Quelque soit  le parti politique, l’efficience de notre système éducatif doit permettre à tous les enfants de réussir, réussites qui doivent être multiples et diverses sans hiérarchie. Nous serons attentifs aux programmes de tous les candidats dont nous n’attendons pas des orientations révolutionnaires, mais des propositions réalistes, adaptées et qui ne remettent pas en cause l’existant sans évaluations préalables et concertation avec le terrain.

Dans ce contexte, le Congrès extraordinaire des 12 et 13 octobre 2016 d’ID FO à Gravelines prend une valeur de toute première importance.

ID FO soumettra, lors de ce Congrès, une adaptation de ses statuts pour répondre aux enjeux traités ci-dessus .Les travaux qui s’y dérouleront devront définir les orientations et adopter les résolutions qui guideront nos actions en 2017, en vue des élections professionnelles de 2018.

ID FO, syndicat des personnels de direction, apportera à travers ses actions la preuve qu’il n’y a pas qu’une seule voix qui est entendue par les instances et qu’il existe donc une réelle alternative à la situation qui est la nôtre aujourd’hui et qui résonne comme un bilan bien triste qui ne satisfait personne. Pour mémoire, en 2015- 2016, ID FO a obtenu de la Ministre les deux jours de juin – juillet pour préparer la réforme des collèges dans chaque collège, ID FO a eu la primeur d’un engagement signé par le cabinet sur les différentes mesures de négociations misent en place pour 2016-2017.

Chères collègues, chers collègues  nous sommes à un tournant de l’évolution de nos métiers.

Pour vous accompagner :

Chacun de vous a le droit de choisir un  syndicat indépendant vis-à-vis des partis politiques.

Chacun de vous a le droit de participer au pluralisme syndical.

Chacun de vous a le droit d’être représenté dans les instances locales et nationales par le biais d’ID.

Aucun syndicat ne décide à la place de notre hiérarchie dans les phases de mutation et de promotion, par contre Indépendance et Direction se fait un devoir de vous  accompagner lors de celles-ci.

Non, FO n’intervient pas dans les choix de notre syndicat mais, à l‘inverse, défend le droit à chacun d’être le digne représentant des personnels de son corps tout en respectant l’indépendance des autres syndicats  de la fédération.  ID FO propose aujourd’hui une organisation qui permet à chacun de s’exprimer.

Rejoignez-nous !

Venez assister à nos instances et adhérez si vous jugez que nous incarnons réellement les services de proximité et la capacité d’intervenir à tous les niveaux dans la défense de vos intérêts.

Compte twitter